Lectures à gogo !

J’ai pris beaucoup de retard dans mes petites chroniques, et pourtant, j’ai plein de choses à te raconter sur ce que j’ai lu ! Du coup, je vais expérimenter un autre type de chronique et ça serait vraiment sympa que tu me dises ce que tu en penses.

L’assassin des ruines par Cay Radmacher

20180601_0959211543743067.jpg
L’histoire se passe à la fin de la 2nde guerre mondiale, à Hambourg, ville occupée par les anglais, durant un hiver très rigoureux. Le héros, Franck Stave, est un commissaire qui a été mis en place par les anglais,  à la suite de l’épuration des SS. Il a perdu sa femme dans un bombardement, et son fils, avec lequel il entretenait des rapports très difficiles, s’est engagé sur le front de l’est. C’est dans ce contexte de grande misère sociale qu’un cadavre, puis d’autres sont retrouvés dans les ruines de la ville. Franck Stave enquête en compagnie d’un collègue de la brigade des moeurs et d’un représentant anglais des forces d’occupation.
Ce roman est basé sur des faits authentiques: un tueur des ruines a bien existé à Hambourg et la police lui a attribué quatre assassinats pendant l’hiver 1946-1947. Mais dans la réalité, l’assassin n’a jamais été identifié, contrairement à l’histoire de L’assassin des ruines.
Ce qui m’a plu dans ce roman, et qui m’a fait beaucoup penser à « Dans Berlin » de Hans Fallada, c’est le quotidien des allemands au lendemain de la 2nde guerre mondiale, durant un hiver qui a fait atrocement souffrir la population civile de Hambourg du fait des restrictions, de la faim, des privations… L’intrigue est lente mais passionnante. Je te recommande ce roman bien documenté qui va bien au-delà du simple roman policier.

Le jour d’avant de Sorj Chalandon

20180606_171341759159699.jpg
J’adore cet auteur dont j’ai lu TOUS les romans !
L’histoire a pour cadre la catastrophe de Liévin en 1974.  Michel et Jojo, deux frères rêvent de pilotes et de courses automobiles. Jojo devient mécanicien puis mineur – contre l’avis de son père qui l’aurait voulu agriculteur comme lui – et meurt dans un accident. Michel est traumatisé par ce décès. Son père lui demande de venger la mort de son frère, qui a brisé la famille.
D’une écriture très sobre, Sorj Chalendon nous conte le chemin qui mène Michel vers la vengeance, lui qui est lourdement atteint par la souffrance d’avoir perdu un être cher. On retrouve le style mélancolique de Sorj Chalendon dans tous ses romans. J’ai versé ma petite larme, car c’est vraiment beau même si c’est très triste. Un gros coup de coeur.

La tresse de Laetitia Colombani

img_20180612_211605_1971193128040.jpg
Un très beau roman qui nous conte l’histoire de 3 femmes dans 3 univers différents et 3 pays différents dont l’histoire se rejoint : celle de Smita, qui vit en Inde et qui veut que sa fille sorte de sa condition d’intouchable.  Celle de Giulia qui vit en Sicile et qui, à la suite de l’accident dont son père a été victime, se retrouve à la tête d’un atelier de perruques. Et enfin, celle de Sarah, une golden woman, qui doit faire face à la maladie. Cette histoire m’a fait pensé au film « Babel ». C’est bien écrit, simple à lire mais très poignant. On découvre à la fin le point commun des 3 protagonistes (les 3 brins de la tresse). Un beau roman à découvrir.

Par amour de Valérie Tong Cuong

20180625_2223101574603222.jpg
Un très beau roman écrit de manière polyphonique, qui se passe durant la 2nde guerre mondiale au Havre. On nous conte le destin de 2 soeurs et de leur famille durant la guerre : les rationnements, les bombardements par les allemands mais aussi par les alliés, les conditions de vie des civils… C’est extrèmement bien documenté (une bibliographie impressionnante en fin de roman), une belle écriture, des destins  émouvants réservant des rebondissements qui nous mettent la larme à l’oeil. Une magnifique histoire qui m’a beaucoup touchée.

Fille de joie de Kiyoko Murata

img_20180622_182832_8071881482046.jpg
Une plongée dans le Japon du début du 20e siècle. L’histoire se passe en 1903. Ichi a 15 ans et a été vendue par ses parents très pauvres à un tenancier d’une maison close. Elle porte les dettes de sa famille qu’elle doit rembourser pendant une période d’asservissement d’au moins 10 ans. On découvre ses conditions de vie et la façon dont elle est éduquée par devenir prostituée. Comme elle est la suivante d’une courtisane, elle apprend à lire, écrirer, compter auprès d’une institutrice, elle-même ancienne prostituée désormais affranchie. Elle se confie à elle au travers de son journal qu’elle lui donne à lire chaque jour. Les prostituées sont comparées à des bêtes de somme, mais c’est grâce à cette comparaison qu’elles trouveront le moyen d’échapper à leur conditon.
C’est un roman assez difficile à lire du fait du style, mais aussi des références qui y sont développées. En revanche, on y apprend beaucoup sur la société japonaise du début du siècle dernier, sur la condition féminine, sur la vie des prostituées et leur environnement.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

1 Comment

  • Lectures en vrac - Recettes et Récits 11 juillet 2019 at 21 h 37 min Reply

    […] Plusieurs histoires, racontées à 4 voix, vont s’entremêler grâce à la Providence. Un conte de fées moderne. Une jolie écriture. Je recommande cet auteur dont j’avais déjà lu le roman « par amour » (voir ma chronique ici). […]

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.