Un instant d’abandon de Philippe Besson

Un instant d’abandon est un roman de Philippe Besson paru en 2005 chez Juillard.

Le résumé par l’éditeur :

L’histoire commence là, dans une ville de bord de mer, en automne. Un homme revient et avec lui, c’est le passé qui ressurgit. Des années plus tôt, il a été condamné pour un crime, peut-être le plus impardonnable qui soit. Les gens n’ont pas oublié. Il ne revient pas demander pardon. Il veut retrouver au plus âpre de l ui-même cet état d’innocence dont on l’a si violemment privé. Mais en finit-on jamais avec ses disparus et le temps d’avant ?

Mon avis :

Tom, un homme qui vient de sortir de prison, retrouve sa maison dans son village en Cornouailles. Les habitants du village ne lui ont pas pardonné ce qui l’a amené en prison (son fils est tombé à l’eau pendant une sortie en mer par gros temps), et ne lui parlent pas. Tom se trouve deux confidents : l’épicier pakistanais et une jeune femme, tous les deux également mal intégrés dans le village. On va ainsi apprendre les circonstances de son crime et pourquoi il a choisi de rentrer après sa sortie de prison.

Je ne suis pas rentrée dans cette histoire : Le ton trop froid, la distanciation prise par l’auteur pour raconter, le côté sordide de cet infanticide, le personnage auquel on ne s’attache pas tant il est détestable et en même temps « paumé », la fin qu’on voit arriver…

Côté style, c’est une belle écriture certes, mais les chapîtres trop courts pour un même thème « hâchent » un peu la narration. Il y a un très beau passage sur l’enfermement en prison.

Bref, ça ne m’a pas trop plu. Si tu es une adepte de Besson, tu trouveras tous les ingrédients habituels de ses romans. J’avoue qu’à part « Arrête avec tes mensonges » (ici) que j’ai adoré, mes autres tentatives (ici) n’ont pas été concluantes.

Voir également mon petit commentaire « à chaud » sur Instagram (ici).

Ma note : 3/5

No Comments

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.