Les délices de Tokyo de Durian Sukegawa

La traduction française de « Les délices de Tokyo » a paru chez Albin Michel en 2016. Le livre japonais a fait l’objet d’une adaptation au cinéma en 2015, que j’ai très envie de voir, maintenant que j’ai lu le livre (ici) !

Le résumé par l’éditeur :

« Écoutez la voix des haricots »: tel est le secret de Tokue, une vieille dame aux doigts mystérieusement déformés, pour réussir le an, la pâte de haricots rouges qui accompagne les dorayaki, des pâtisseries japonaises. Sentarô, qui a accepté d’embaucher Tokue dans son échoppe, voit sa clientèle doubler du jour au lendemain, conquise par ses talents de pâtissière. Mais la vieille dame cache un secret moins avouable et disparaît comme elle était apparue, laissant Sentarô interpréter à sa façon la leçon qu’elle lui a fait partager.

Mon avis :

Coup de coeur pour ce beau livre qui parle de pâtisserie, d’amitié, de respect dans une langue très délicate. Décidément j’adore la littérature japonaise…

J’ai littéralement dévoré ce livre très touchant et très poétique, qui a pour cadre une pâtisserie japonaise tenue par Sentarô, un homme solitaire, marqué par son passé.
C’est l’histoire de sa rencontre avec Tokue, une vieille dame qui va lui enseigner ses secrets de pâtissière, mais aussi l’aider à se reconstruire grâce à sa présence discrète. Tokue cache un secret, celui de son histoire personnelle bouleversante. Sentarô sera à jamais marqué par sa rencontre avec cette vieille dame, une sorte de « mère de remplacement ».

C’est beau, pudique, émouvant… la fin te tire les larmes. J’espère que « Les délices de Tokyo » de Durian Sukegawa te procureront un très bon moment de lecture. En ce qui me concerne, je me suis régalée.

Ma note : 5/5

1 Comment

  • Sacha Poliakova 13 avril 2020 at 9 h 47 min Reply

    Bonjour,
    Merci d’avoir partagé ! J’ai aussi adoré le roman, hâte de voir le film !

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.