Lectures d'été (2)

Je vais te parler d’une super-sélection : j’ai passé d’excellents moments de lecture et je te souhaite autant de plaisir que j’en ai eu.

L’art de perdre d’Alice Zeniter

20180718_163536407422219.jpg
Enorme coup de coeur !
C’est un pavé, et en général, je n’aime pas les pavés ! Et là, je l’ai lu en 3 jours !
 
C’est un roman sur l’identité et l’immigration.  C’est l’histoire d’une famille kabyle depuis les années 30 jusqu’à nos jours. C’est aussi l’histoire du destin que la France a réservé aux harkis. Naïma, petite fille de harki, part sur les traces de sa famille et découvre l’Algérie avec laquelle son père à coupé les ponts, dont il n’a jamais voulu lui parler, dont il ne lui a même pas enseigné la langue.  L’histoire est racontée par une femme, probablement l’auteur, qui se place à l’extérieur du livre. C’est magnifiquement écrit, extrêment bien documenté. Cette jeune auteure est brillante !

L’autre qu’on adorait de Catherine Cusset

20180803_2123161377361029.jpg
J’avais tellement aimé « un brillant avenir » que j’ai eu envie de découvrir ce livre, qui est en quelque sorte une partie de l’histoire précédente. J’ai eu un peu de mal à rentrer dans le roman, qui se passe dans le milieu intellectuel franco-américain. Je me suis accrochée, et bien m’en a pris, car la 2e partie te plonge dans la descente aux enfers de Thomas, promis à un brillant avenir justement, et qui va de désillusion en échecs pour finir comme on l’apprend dans les premières pages du roman. C’est extrêment touchant, bouleversant même, car raconté par sa meilleure amie, sous forme d’hommage, avec beaucoup de tendresse mais aussi sans complaisance. Ce récit raconte les 20 ans de vie d’amour, d’amitié, de rencontres, d’errance, d’échecs… de Thomas, l’ami de Catherine.

La fille derrière la porte de Patricia Hespel

20180805_111855679399872.jpg
Emmy vient de se séparer de son mari qui a la garde de ses enfants. Elle a perdu son travail, et se retrouve isolée dans son appartement où elle se laisse complètement aller au désespoir. Une jeune voisine, Lena, lui apporte son soutien. Mais Lena est-elle complètement désintéressée ?
Un bon thriller bien écrit par cette auteure belge.  Il réserve de bonnes surprises : pleins de rebondissements, on tourne les pages rapidement pour arriver à une fin que j’ai trouvée toutefois un peu « exagérée ».

La succession de Jean-Paul Dubois

20180805_111855679399872.jpg
Découvert par hasard dans ma petite librairie favorite à Mirebeau. Je ne connaissais pas cet auteur qui a publié pas mal de romans, dont certains sont primés.
On suit l’histoire de Paul Katrakilis qui est pelotari à Miami, maitre d’un chien qui le suit partout. On apprend qu’il est le seul survivant d’une lignée dont tous les membres se sont suicidés, souvent de manière théâtrales ! On s’interroge sur ce qu’est la succession qui fait le titre du roman : est-ce ce que la famille vous lègue comme patrimoine que ce soit financier, génétique ou autre ? est- ce la vie que votre père avait prévu pour vous ? C’est écrit de manière décalée, parfois avec humour, pour que tous les thèmes très graves qui y sont abordés, soient plus légers, sans doute. On sent au fil du roman arriver la fin tragique…. je ne t’en dis pas plus.
Une phrase qui pourrait donner le ton de ce roman : « Il ne faut jamais se tromper de vie. Il n’existe pas de marche arrière ».

Les 5 petits romans de la série  « Le Poids des secrets » d’Aki Shimazaki

20180726_091320693946263.jpg
Je n’aurai qu’un mot : MAGNIFIQUE !
Si tu veux passer un moment de grâce (oui, oui…), précipite-toi chez ton libraire ou à la bibliothèque pour acheter ou emprunter les 5 livres qui composent la série : Tsubaki (camélia), Hamaguri (coquillage), Tsubame (hirondelle), Wasurenagusa (myosotis), Hotaru (luciole).
Si les livres peuvent être lus indépendamment,  je te recommande de les prendre tous car ils composent les facettes d’une même histoire. On plonge dans le Japon de 1923, à l’époque du grand tremblement de terre de Tokyo puis l’histoire se poursuit pendant la 2e guerre mondiale, et enfin dans les années 60. On suit les membres de plusieurs familles dont le destin est mêlé par des secrets que chacun des romans nous livre.
L’écriture est délicate, poétique, emprunte de douceur. Les phrases sont courtes, le vocabulaire sobre, exprimant une atmosphère nostalgique et un climat vraiment particulier. Je précise que l’auteure écrit en français, car elle vit au Canada depuis des années.
Tu l’auras compris, je suis emballée ! Chaque livre se savoure comme un mets de choix. J’espère que tu aimeras autant que moi ces romans que je te recommande vivement.
 
 
 
 

1 Comment

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.