Mes dernières lectures

Maigre sélection, mais ce qui compte c’est la qualité….

La vie secrète des arbres par Peter Wohlleben

Le résumé par l’éditeur : Les citadins regardent les arbres comme des « robots biologiques » conçus pour produire de l’oxygène et du bois. Forestier, Peter Wohlleben a ravi ses lecteurs avec des informations attestées par les biologistes depuis des années, notamment le fait que les arbres sont des êtres sociaux. Ils peuvent compter, apprendre et mémoriser, se comporter en infirmiers pour les voisins malades. Ils avertissent d’un danger en envoyant des signaux à travers un réseau de champignons appelé ironiquement « Bois Wide Web ».
La critique allemande a salué unanimement ce tour de force littéraire et la manière dont l’ouvrage éveille chez les lecteurs une curiosité enfantine pour les rouages secrets de la nature.
Mon avis : Tu ne regarderas plus jamais une forêt de la même façon ! Tu ne diras plus jamais « ils ont nettoyé » lorsque tu verrras une portion de forêt déboisée ! Tout sur la petite société des arbres et leurs connexions… Un vrai modèle d’entr’aide dont on devrait s’inspirer ! J’ai adoré ce livre, et j’espère que tu l’apprécieras autant que moi.

Les larmes noires sur la terre par Sandrine Collette

Le résumé par l’éditeur : Il a suffit d’une fois . Une seule mauvaise décision, partir ,suivre un homme à Paris. Moe n’avait que vingt ans . Six ans après , hagarde , épuisée , avec pour unique trésor un nourrisson qui l’accroche à la vie , elle est amenée de force dans un centre d’accueil pour déshérités , surnommé  » la Casse  »
La Casse , c’est une ville de miséreux logés dans des carcasses de voitures brisées et posées sur cales , dans des rues entières bordées d’automobiles embouties .
Chaque épave est attribuée à une personne . Pour Moe , ce sera une 306 grise . Plus de sièges arrière , deux couvertures et voila leur logement , à elle et au petit . Un désespoir .
Et puis , au milieu de l’effondrement de sa vie , un coup de chance , enfin : dans sa ruelle , cinq femmes s’épaulent pour affronter ensemble la noirceur du quartier . Elles vont adopter Moe et son fils . Il y a là , Ada , la vieille , puissante parce qu’elle sait les secrets des herbes , Jaja la guerrière , Poule la survivante , Marie-Thé la douce , et Nini , celle qui veut quand même être jolie et danser .
Leur force , c’est la cohésion , leur entraide , leur lucidité . Si une seule y croit encore , alors il leur reste à toutes une chance de s’en sortir . Mais à quel prix ?
Mon avis : je continue de me demander pourquoi cet auteur est classé dans les « policiers ». C’est très réducteur car ses livres vont bien au-delà d’une intrigue quelconque. Pour ce livre, on est aux côtés d’un groupe de femmes qui s’entraident, qui vivent dans le plus grand dénuement après des accidents de vie. Certaines veulent échapper à leur sort, d’autres l’acceptent… L’histoire démarre dans la vraie vie, et très vite, on est précipité dans une vie parallèle, qui est peut-être un peu celle que vivent les migrants dans les camps de réfugiés. Le dénouement est fort. J’adore cet auteur, j’adore son écriture, j’adore les histoires qu’elle nous conte.  Si tu ne connais pas Sandrine Collette, va vite chez ton libraire préféré pour la découvrir !

Le fils du pauvre par Mouloud Feraoun

Le résumé par l’éditeur : Une enfance et une adolescence dans une famille Kabyle, pendant l’entre-deux-geurres. C’est, à peine transposée, la jeunesse même de Mouloud Feraoun que nous découvrons. Ce témoignage plein de vérité et d’une émotion qui se teinte volontiers d’humour est d’un admirable conteur, qu’on a pu comparer à Jack London et à Maxime Gorki.
Mon avis : Livre trouvé au kiosque à journaux de l’aéroport de Marrakech. Quelle belle découverte ! C’est l’histoire sans doute un peu romancée de l’auteur, originaire des montagnes de Kabylie et qui suit des études pour devenir instituteur. On suit son histoire, celle de sa famille, les efforts que celle-ci a consentis pour qu’il puisse aller étudier… au détriment de toute la famille ! Je venais de parcourir les villages berbères du haut-Atlas, et cette histoire m’a touchée.
 

Un fils parfait par Mathieu Ménegaux

Le résumé par l’éditeur : Daphné a dit oui devant l’adjoint au maire. Un oui pour le meilleur et pour le pire. Un oui qu’elle rêvait d’entendre depuis le jour de ses fiançailles avec Maxime, un homme qu’elle a rencontré par le biais de sa petite soeur. le couple file le parfait amour. Max est drôle, prévenant, aimant et doux. Il réussit pleinement sa carrière dans la banque. Très vite, nait une petite Claire. Puis dix-huit mois plus tard, Lucie fait son apparition. Deux enfants chéries, câlinées et aimées. Quelques années plus tard, Daphné, ayant délaissé pour un temps sa carrière, se voit proposer un nouveau travail, responsable export. Un poste qui nécessitera de nombreux voyages et qui la fera quitter la maison du lundi au jeudi. Elle acceptera d’autant que Max l’aura convaincue et qu’une nounou sera là pour pallier à son absence…
Dans ce roman, Mathieu Menegaux se met dans la peau d’une femme qui se confie. Ici, c’est Daphné qui écrit à sa belle-mère. Elle veut à tout prix lui donner sa version des faits, clamer haut et fort la vérité que personne ne veut entendre et encore moins croire, supposant sans nul doute que cette dernière ne peut incriminer son fils en apparence si parfait. S’inspirant d’un fait réel, l’auteur dénonce ici la machine policière et judiciaire, les manquements en terme de lois, les failles juridiques. Il dresse le portrait psychologique d’un homme à qui tout sourit, qui réussit aussi bien socialement que professionnellement. Mais derrière cette apparence de fils parfait, se cache un tout autre personnage, aussi retors que terrifiant. de par son écriture délicate et engagée, ce court roman, intense et parfaitement maîtrisé, relate une vérité bien sombre et effarante.
Mon avis : un gros gros coup de coeur ! une intrigue extrèmement tendue qui te fait tourner les pages en redoutant la suite !  J’ai découvert ce livre par la communauté Instagram et notamment, les avis toujours très bien rédigés de « Cathfd ». Quelle belle découverte ! j’ai hâte de livre d’autres livres de cet auteur.  La fin est particulièrement soignée et inattendue. A découvrir absolument.

Hortense par Jacques Expert

Le résumé par l’éditeur : 1993 : Sophie Delalande est folle d’amour pour sa fille, Hortense, presque trois ans, qu’elle élève seule. Son ex-compagnon est un homme violent, auquel elle refuse le droit de visite. Un jour, il fait irruption chez elle et lui enlève Hortense.
2015 : Sophie mène une vie morne, solitaire. Un dimanche pluvieux, elle se fait bousculer par une jeune femme dans la rue. Persuadée qu’il s’agit d’Hortense, elle la suit. Sans rien lui dévoiler, elle sympathise avec elle. La relation qui se noue alors est pleine de mystères. Sophie ne serait-elle pas la proie d’un délire psychotique qui lui fait prendre cette inconnue pour sa fille ? Et cette jeune femme est-elle aussi innocente qu’elle le paraît ?
Une intrigue fascinante et haletante, inspirée d’un fait divers.
Mon avis : c’était le livre que j’avais apporté pour mon trek au Maroc. Je l’ai dévoré avidement car l’intrigue est particulièrement bien portée. L’écriture est plate mais ce n’est pas ce qu’on cherche dans un livre comme celui-ci. Mais quelle déception de découvrir le dénouement ! Après l’avoir lu et relu, je ne l’ai toujours pas compris. D’ailleurs si tu as une clé de lecture, je suis preneuse….

1 Comment

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.