Murène de Valentine Goby

Murène de Valentine Goby est un livre de la rentrée littéraire 2019 paru chez Actes Sud.

Le résumé par l’éditeur :

Hiver 1956. Dans les Ardennes, François, un jeune homme de vingt-deux ans, s’enfonce dans la neige, marche vers les bois à la recherche d’un village. Croisant une voie ferrée qui semble désa?ectée, il grimpe sur un wagon oublié… Quelques heures plus tard une enfant découvre François à demi mort – corps en étoile dans la poudreuse, en partie calciné.
Quel sera le destin de ce blessé dont les médecins pensent qu’il ne survivra pas ? À quelle épreuve son corps sera-t-il soumis ? Qu’adviendra-t-il de ses souvenirs, de son chemin de vie alors que ses moindres gestes sont à réinventer, qu’il faut passer du refus de soi au désir de poursuivre ?
Murène s’inscrit dans cette part d’humanité où naît la résilience, ce champ des possibilités humaines qui devient, malgré les contraintes de l’époque – les limites de la chirurgie, le peu de ressources dans l’appareillage des grands blessés –, une promesse d’échappées. Car bien au-delà d’une histoire de malchance, ce roman est celui d’une métamorphose qui nous entraîne, solaire, vers l’émergence du handisport et jusqu’aux Jeux paralympiques de Tokyo en 1964.

Mon avis :

Coup de coeur absolu pour ce roman magnifique, et magnifique est un faible mot !

J’ai découvert Valentine Goby grâce à son roman « Kinderzimmer » puis l’année dernière, avec « Un paquebot dans les arbres ». J’ai adoré ses deux romans et j’ avais hâte d’en lire plus de cette auteure.

A mon avis, Murène est un cran au-dessus. Je suis impressionnée par la documentation que l’auteure a recueillie pour parler de ce sujet. Tout est précis, documenté, renseigné, argumenté… tout cela, avec une émotion incroyable !

C’est l’histoire d’une renaissance, de la différence, de la résilience, de la capacité à rebondir malgré le sort qui s’acharne sur vous. C’est aussi l’histoire du handi-sport, une spécialité de cabossés qui n’intéressaient pas grand monde. Valentine Goby écrit magnifiquement bien et a le talent pour parler des êtres atteints par les accidents de la vie. J’ai eu des émotions comme (presque) jamais ! Je garderai longtemps le souvenir de François et de Joao, son ami handicapé.

Murène de Valentine Goby aurait mérité d’être reconnu par un prix littéraire. C’est un livre qu’il faut lire absolument. J’ai tellement aimé ce livre que je te livre ici un petit extrait lu par l’auteure (merci Martine Moine !). Tu te rendras compte toi-même de l’intensité de ce texte.

Ma note : 5/5

No Comments

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.