Einstein, le sexe et moi d’Olivier Liron

Le résumé par l’éditeur :


« Je suis autiste Asperger. Ce n’est pas une maladie, je vous rassure. C’est une différence. Je vais vous raconter une histoire. Cette histoire est la mienne. J’ai joué au jeu télévisé Questions pour un champion et cela a été très important pour moi. » 
Nous voici donc en 2012 sur le plateau de France 3 avec notre candidat préféré. Olivier Liron lui-même est fort occupé à gagner ; tout autant à nous expliquer ce qui lui est arrivé. En réunissant ici les ingrédients de la confession et ceux du thriller, il manifeste une nouvelle fois avec l’humour qui est sa marque de fabrique, sa très subtile connaissance des émotions humaines.

Mon avis :

Le roman commence avec un chapître « bienvenue dans mon monde » qui donne le ton…

Puis Olivier Liron nous entraine dans l’aventure qu’il a vécue en participant à la finale de l’émission « questions pour un champion ». Ce récit sur sa participation lui permet aussi de se livrer sur les maltraitances, la frustration, l’incompréhension, l’enfermement dans son propre corps qu’il a ressenties durant son enfance et son adolescence. J’ai été très touchée et profondément émue par sa narration de ces moments de sa vie, notamment le chapître consacré à Barbara, son premier amour.

Le jeu est l’occasion de brosser une galerie de portraits des participants. C’est très drôle. J’ai particulièrement ri sur celui de Julien Lepers, à mi-chemin entre le ridicule et le pathétique. Je n’ai que très rarement regardé ce programme, mais j’ai bien retrouvé les tics de cet animateur.

Il y a des phrases « culte » qui me resteront : Oléééé (Julien Lepers), j’ai pris une madeleine et je l’ai trempée dans du coca, Julien Lepers a une tête de brocoli … bref, il y a des passages vraiment drôles qui alternent avec ses confidences qui sont extrèmement émouvantes.

Gagner à « Questions pour un champion » a permis à Olivier Liron de réaliser ses rêves : se consacrer entièrement à l’écriture, prendre des cours de théâtre pour enfin accepter son corps et devenir ce qu’il est maintenant.

Extraits :

« Alors pour moi, le monde était noir, plongé dans les abîmes d’un malheur dont je ne comprenais pas l’origine. Irrémédiablement noir. Je ne voyais pas comment on pouvait être heureux. »

« J’aurais voulu lui dire que je ne savais pas ce que j’étais, que je ne savais pas qui j’étais, j’aurais voulu lui avouer des choses dont je n’avais pas parlé. J’aurais voulu lui dire que j’avais coupé les ponts avec ma famille, que j’avais besoin d’aide, que j’aurais aimé lui parler, juste lui parler. J’aurais voulu lui dire que je me sentais seul et que je me sentais abandonné. J’aurais voulu lui dire que j’avais grandi dans un monde qui était pour moi ultra-violent. J’aurais voulu lui dire qu’autour de moi je trouvais le monde si fou, si fou. »

« Julien a un physique formidable, une tête très grande en proportion du corps, un crâne énorme posé sur un buste courtaud et robuste. Comme un bonhomme de neige, ou à la rigueur un brocoli. »

Ma note : 5/5

No Comments

Leave a Comment