Mes dernières lectures marquantes

J’ai pris beaucoup de retard dans mes chroniques de livre. Je lis beaucoup et j’ai du mal à écrire aussi vite que je lis 😉 Du coup, je te propose de te parler uniquement des livres qui m’ont marquée ces derniers mois, ceux dont je me souviendrai à coup sûr.

Pour les autres, si tu veux, tu peux aussi me suivre sur Instagram (clic) où je poste tous les mois des avis sur la totalité des livres que j’ai lus.

Alors, voilà les quelques livres dont j’ai vraiment envie de te parler :

Miroir de nos peines de Pierre Lemaître (résumé de l’éditeur ici)

Bonne histoire menée tambour battant. Ecriture facile. Un bon roman qui s’inscrit dans la suite d'”aurevoir là haut” et “couleurs de l’incendie”. Un bon moment de lecture.

Ma note : 5/5

Yoga d’Emmanuel Carrère (résumé de l’éditeur ici)

L’auteur pratique cette discipline depuis des années. C’est un livre étonnant, nombriliste, dérangeant et très touchant… l’auteur s’y livre avec honnêteté sur la dépression qui l’a habité toute sa vie. C’est un narrateur exceptionnel ce qui fait qu’avec ce sujet très personnel, il arrive à captiver son lecteur. Pourtant je n’aime pas trop les “livres-thérapie” qui, en général, me dérangent. C’est quand même un peu long, très dense et la construction un peu “fouillis”. Mais c’est un bon livre que je conseille.

Ma note : 4.5/5

Ce matin-là de Gaelle Josse (résumé de l’éditeur ici)

Une auteure que j’aime beaucoup.  J’ai eu beaucoup de plaisir à retrouver sa plume pleine de délicatesse. Mais pour le sujet, ça ne devait pas être le bon timing. Avec la morosité ambiante, j’avais sans doute besoin d’autre chose que de plonger dans une histoire de burn-out. Certes, l’auteure sait tenir son lecteur en haleine jusqu’à une fin pleine d’espoir. Mais je n’ai pas eu de coup de coeur.

Ma note : 4/5

Le train des enfants de Viola Ardone (résumé par l’éditeur ici)

C’est une belle découverte que je te conseille. Je l’ai lu en 2 jours.

Amerigo, un petit garçon de 8 ans, vit à Naples avec sa mère Antonietta. Ils sont très pauvres, comme une bonne partie de la population après la guerre. Sous l’impulsion du parti communiste italien, des milliers d’enfants du sud pourront, pendant quelques mois, vivre une autre vie que la leur, dans des familles situées au nord de l’Italie. Ce roman est l’histoire du déchirement que cette double-vie a entraîné. L’histoire est racontée par le petit garçon, puis par l’adulte qu’il est devenu.

C’est drôle, émouvant, poignant (surtout la dernière partie). Un très beau moment de lecture.

Ma note : 5/5 coup de coeur !

Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon de Jean-Paul Dubois (le résumé de l’éditeur ici)

J’aime beaucoup Jean-Paul Dubois dont j’ai déjà lu 3 livres qui m’avaient plus ou moins plu (voir ici). Mais celui-ci est magnifique. On y retrouve les ingrédients de certains de ses romans : Toulouse, le Canada, le ton décalé, mais aussi beaucoup d’humanité, je dirais même de tendresse, qui m’ont beaucoup touchée.

C’est un roman comme je les aime : il te tire vers lui, te happe au point que tu ne peux plus le lâcher, t’emporte dans ses méandres romanesques, avec des personnages haut en couleurs. Bref, un roman à lire absolument !

Ma note : 5/5 coup de coeur !

Des diables et des saints de Jean-Baptiste Andréa (résumé de l’éditeur ici)

Je viens de terminer le nouveau livre de Jean-Baptiste Andrea, un auteur que j’adore. Tu découvriras des personnages émouvants, une histoire terrible, la musique de Beethoven omniprésente, une belle écriture, les ingrédients d’un très bon roman initiatique que je te recommande. Tu ne regarderas plus jamais les pianos des gares et des aéroports de la même façon…

Même si ce roman m’a beaucoup plu, mon préféré de cet auteur reste quand même “cent millions d’années et un jour”, un livre qui m’a transportée très loin, là-haut, sur la montagne (voir ma chronique ici). Ma note : 5/5

Là où les chiens aboient par la queue d’Estelle-Sarah Bulle (résumé par l’éditeur ici)

Mon fils Adrien m’a offert ce roman pour mon anniversaire. Il me connait bien car c’est le genre de roman qui me plait énormément. C’est une histoire familiale entre la Guadeloupe et la métropole racontée par une des descendantes.  Des personnages hauts en couleur et une belle écriture. Ma note : 5/5 coup de coeur.

Eux sur la photo d’Hélène Gestern (résumé par l’éditeur ici)

un roman construit autour de la correspondance entre un homme et une femme. Un secret de famille étonnant qu’on découvre en tournant les pages. Je l’ai lu en quelques heures.

Ma note : 5/5 Un énorme coup de coeur.

L’enfant parfaite de Vanessa Bamberger (résumé par l’éditeur ici)

Je te conseille de lire ce livre si tu as des enfants adolescents. Mais attention, ça va te remuer ! Moi, ce roman m’a bouleversée. Un gros travail d’écriture de l’auteur avec un vocabulaire adolescent très vrai (un lexique en fin de roman pour ceux qui en ont besoin). A lire absolument. 

Un extrait marquant du livre : “dans un monde où les adolescents font face à une crise écologique, au terrorisme, à la menace du chômage, à la virtualisation du lien social, à la fragilisation du concept de métier, à la mondialisation, au consumérisme, dans ce monde où les jeunes ont peur pour leur avenir, où il leur devient de plus en plus difficile de se projeter, vous ajoutez à la pression scolaire de Roxane une fragilité due à un acné sévère, l’absence, malgré eux, de ses parents, l’humiliation d’une prof de maths et, possiblement une histoire d’amour qui ne passe pas comme prévu, et vous avez, par un enchaînement malheureux de circonstance, une bombe à retardement.”

Ma note : 5/5

La place d’Annie Ernaux

Un classique que je viens de découvrir grâce à ma belle-fille Aurélie, qui me l’a offert pour mon anniversaire. L’auteur y parle de son père, de manière un peu « chirurgicale », avec beaucoup de distance. C’est ainsi qu’elle a choisi de parler du fossé social qui s’est installé entre elle, agrégée de lettres et ses parents qui étaient ouvriers puis commerçants. A lire absolument. Je vais continuer de découvrir l’univers de cette auteure dont les romans ont toujours un fond autobiographique.

Ma note : 5/5

Trois de Valérie Perrin (résumé par l’éditeur ici)

Si je te parle de ce livre, c’est que j’avais tellement aimé les deux précédents, “Les oubliés du dimanche” et “changer l’eau des fleurs” (chroniques sur ce blog ici). Mon avis sur son dernier roman est assez mitigé. Je suis un peu déçue de ne pas avoir retrouvé le plaisir que j’ai ressenti à la lecture de ses deux premiers romans. C’est long, très long (665 pages), les chapitres sont très (trop) courts, le fil de l’histoire s’emmêle dans différentes époques. Mais c’est malgré tout un bon roman. Valérie Perrin ouvre plein d’histoires dans l’histoire principale et s’attache à apporter une fin à chacune. On y retrouve des sujets d’actualité : les violences conjugales, le genre,… Je ne t’en dis pas plus. Ce livre mérite d’être découvert.

Ma note : 4/5

L’enfant travesti de Jean-Luc Seigle (résumé par l’éditeur ici).

J’adore cet auteur, hélas trop tôt disparu ! Tu trouveras sur ce blog en cliquant ici d’autres avis sur ses romans.

Ce dernier roman est le premier tome de ce qui aurait dû être une trilogie « La beauté des femmes », si Jean-Luc Seigle décédé l’année dernière, avait pu la terminer. J’ai eu un peu de mal à entrer dans ce « roman » dans lequel il raconte son enfance à Vic-le-Comte où il vivait avec ses grands-parents. Le récit alterne des passages se situant dans les années 60 et d’autres racontant la jeunesse de ses grands-parents après la 1ère guerre mondiale. Mais j’ai finalement été happée et j’ai eu du mal à refermer ce livre en me disant que je ne saurai pas la suite, et que ce serait le dernier de cet auteur que j’aime tellement. Je n’en dis pas plus pour te laisser le plaisir de la découverte. A lire absolument.

Ma note : 5/5 coup de coeur

Une famille de Pascale Kramer (résumé par l’éditeur ici)

Un roman raconté à plusieurs voix sur les traumatismes provoqués par l’alcoolisme d’un des enfants. J’ai été touchée par cette lecture, que j’ai trouvée parfois dure. Comment continuer d’aimer quelqu’un qui se détruit ?  Comment ne pas en faire le centre du monde, au point d’oublier les autres membres de la famille ? Un roman que j’ai lu quasiment d’une traite, et que je recommande.

Ma note : 5/5

Les déraisonnables d’Olivier Auroy (résumé par l’éditeur ici)

C’est un recueil de 4 nouvelles, un genre exigeant qui demande concision mais sans sacrifier les détails qui font sens. J’apprécie de plus en plus les nouvelles, d’ailleurs, car je trouve que de plus en plus d’auteurs ont tendance à “délayer”.

Un grand merci à l’auteur qui m’a offert son livre dédicacé ! J’ai passé un très bon moment à lire ces 4 nouvelles, racontant toutes un changement de vie à l’âge où on n’attend plus cela de vous. J’ai particulièrement aimé la première histoire. Un livre bien écrit qui fait du bien.

Ma note : 5/5

La mauvaise herbe d’Yves Montmartin (résumé ici)

Mon tout premier livre électronique ! Je l’ai découvert grâce à l’auteur qui me l’a gentiment offert. J’ai beaucoup aimé cette histoire bouleversante, très documentée racontant le destin de deux jeunes filles en Algérie. On partage leurs espoirs et leurs envies, malheureusement annihilés par l’obscurantisme auquel elles seront confrontées à l’âge adulte. Peut-être la fin aurait-elle nécessité un développement un tout petit peu plus long ? J’ai été habitée par cette histoire terrible un moment après avoir lu la dernière ligne. 

Ma note : 5/5 coup de coeur

Bénie soit Sixtine de Maylis Adhemar (résumé par l’éditeur ici)

Un roman que j’ai lu quasiment d’une traite en une journée. J’ai été complètement captivée par cette histoire se situant dans un milieu catholique intégriste. La première partie est particulièrement intéressante, mais j’ai beaucoup moins aimé la deuxième partie consacrée à la renaissance de Sixtine, après avoir quitté sa famille, car elle est peu crédible. Dommage.

Ma note : 4/5

Entre Dieu et moi c’est fini de Katarina Mazetti (résumé par l’éditeur ici)

Une adolescente raconte l’histoire de son amitié avec sa meilleure amie qui a mis fin à ses jours. Drôle et touchant.

Extrait : « on n’a pas de statut quand on a perdu un ami ! (…..) Si c’est ton meilleur ami qui meurt, les gens te demandent après quelques temps pourquoi tu broies encore du noir ».

Ma note : 5/5 coup de coeur

Chemin de table de Maylis de Kerangal (résumé par l’éditeur ici)

J’adore cette auteure dont l’écriture me plait énormément. Chemin de table est un petit livre qui nous fait découvrir le parcours de Mauro, un jeune se destinant au dur métier de cuisinier. Très réussi.

Extrait : « le cuisinier le plus inventif, le plus juste, n’est pas forcément celui qui métamorphose le produit, mais peut-être celui qui le restitue le plus intensément ».

Ma note : 5/5

Print Friendly, PDF & Email

No Comments

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.