Mes lectures d'été (3)

Encore une super-sélection de 7 livres ! Si tu les lis, je serais heureuse d’avoir ton avis.

La salle de Bal de Anna Hope

salle de bal anna hope
Gros coup de coeur ! Je ne l’ai plus lâché, une fois commencé…
Une belle histoire d’amour entre Ella et John, dans un asile d’aliénés à Sharston, dans le Yorkshire au début du 20e siècle. Cet asile avait la particularité d’avoir une grande salle de bal.  Cet asile était gigantesque puisqu’il réunissait environ 1000 hommes et 1000 femmes vivant chacun de leur côté.
Ella se retrouve enfermée dans l’asile après s’être rebellée dans la filature où elle travaillait. John n’est pas plus fou qu’elle. En effet, à cette époque, on était vite enfermé dans ce genre d’institution lorsqu’on présentait un trouble du comportement, ou lorsqu’on avait personne « à l’extérieur » pour vous défendre.
L’histoire alterne les prises de parole d’Ella, de John, mais aussi du médecin de l’asile, Charles. Celui-ci a été embauché pour diriger l’orchestre qui anime les soirées de bal que l’asile organise le vendredi soir. C’est un personnage très perturbé (voire névrosé) par son éducation très stricte et aussi, on le devine, par ses goûts non assumés par les personnes du même sexe. Il est très attiré par les théories eugénistes qui avaient cours à cette époque.
Ce bal est l’unique occasion pour que les hommes et les femmes se rencontrent. L’institution pense que la musique peut contribuer à leur guérison.  Ella et John tombent amoureux. Malheureusement, c’est sans compter les idées  que le médecin veut expérimenter sur eux. Je ne t’en dis pas plus, pour te laisser le plaisir de la découverte de ce livre bien écrit, très émouvant et très documenté. Autant te le dire tout de suite : c’est une histoire triste mais quelle claque !

Meurtres pour rédemption de Karine Giebel

Meurtres-pour-redemption
Je ne connaissais pas cette auteure. Comme j’avais lu un tas d’avis positifs sur ce livre, je l’ai acheté sans état d’âme bien que ce soit un pavé de 988 pages (et comme je l’ai déjà dit dans un précédent post, je n’aime pas les pavés). Quelle déception ! Au bout de 200 pages, il ne s’était toujours rien passé… Mais comme justement j’avais lu ces 200 pages, j’ai continué à lire jusqu’au bout ce roman interminable, qui tourne en rond, avec des dialogues très plats.
C’est l’histoire d’une fille très jeune, très rebelle, championne d’arts martiaux, droguée, venant d’un milieu favorisé, qui tourne mal et qui se trouve condamnée à perpétuité pour meurtres. Un jour, une personne se présente au parloir qui lui offre la liberté en échange d’un « service ».
Je n’ai ressenti aucune empathie pour Marianne de Gréville que j’ai trouvé exaspérante, ni pour Daniel, son amoureux, qui reste un maton manipulateur, ni pour Franck le super-flic pas très professionnel car trop naïf.
La description de l’univers carcéral est complètement caricaturale. On dirait qu’on décrit une prison dans une dictature. Marianne se fait tabasser de manière tellement exagérée tout au long du roman, qu’elle pourrait être morte 10 fois. Tout est cousu avec des ficelles grossières. Même la fin ne réserve aucune surprise.
Désolée d’être un peu à contre-courant car je sais que ce roman a été globalement très apprécié. Du coup, je ne sais pas si je lirai d’autres romans de cette auteure… peut-être plus tard ?

Où passe l’aiguille de Véronique Mougin

où passe l'aiguille véronique mougin
Enorme coup de coeur ! Quel beau roman !
J’ai été tellement touchée par Tomi, jeune juif hongrois, qui raconte son histoire et celle de siens depuis les prémices de la guerre jusqu’aux camps de concentration. C’est un battant, il s’adapte, se débrouille pour survivre. Lui qui ne voulait pas être tailleur comme son père, se met à la couture pour survivre au sein du camp. Il finira second d’une grande maison de couture, ce que l’on découvre dans la 2e partie du roman.
J’ai adoré l’histoire qui est une vraie leçon de vie, et surtout, une histoire d’amour filial, même si Tomi est constamment en rébellion contre son père. Il y a des passages très durs qui te tirent les larmes. Que d’émotions ressenties au cours de cette lecture !
Mais j’ai surtout aimé le style du livre : la première partie est racontée par Tomi lui-même (il y a même des passages où l’on rit !), alternant avec des pensées ou des lettres des personnes qui traversent sa vie. Cela rend le récit plus personnel, plus émouvant.
Véronique Mougin serait la petite cousine de Tomi. L’échange entre l’auteur et le vieil homme qu’il est devenu, fait l’objet de la dernière partie du livre. Elle a écrit ce roman avec son coeur,  cela se sent !

Hozuki de Aki Shimazaki

Hozuki.jpeg
Après la série  » Le poids des secrets » que j’ai adorée, j’ai eu envie de lire autre chose de cette auteure. Hozuki  nous raconte l’histoire d’une femme libre, qui élève seule un enfant handicapé. Libraire spécialisée dans la philosophie, elle rencontre un jour une jeune femme, mère d’une petite fille, qui vient lui acheter des livres. Cette visite est le début d’une perturbation dans la vie bien rangée, à la limite austère, de Mitsuko. Je ne t’en dis pas plus si tu lis le livre. Ce livre traite de l’amour filial, de la relation qui s’établit et se construit entre une mère et son enfant.
Et aujourd’hui, j’apprends que ce livre est déjà le 2e tome d’une autre série. Tout comme celle que j’ai déjà lue, chaque livre peut être découvert indépendemment du premier.
J’adore cette auteure, la délicatesse et la simplicité de son écriture ainsi que  l’atmosphère douce de ses livres !

La lettre à Helga de Bergsveinn Birgisson


lettre à helga
Trouvé par hasard en flânant dans la grande librairie d’Aurillac. Une belle surprise !
Bjarni, pas loin de 90 ans, écrit une lettre à la femme qui n’a cessé d’occuper ses pensées, Helga. On apprendra plus tard que c’est une réponse à la lettre de Helga.
Une très belle lettre de 130 pages, qui parle de l’Islande, de la terre, du bétail, de la vie à la ferme, des ancêtres…. et d’amour. Bjarni est voisin d’Helga, mais marié à Unnur. Ils sont amoureux, partagent des moments d’intimité, volent des instants à leurs conjoints respectifs mais au moment de choisir, Bjarni  renonce à sa passion car il ne se voit pas vivre ailleurs que sur les terres de ses ancêtres. Et il le regrette…. ce que cette lettre exprime tardivement !
Une belle déclaration d’amour, un hymne à la nature sauvage d’Islande emprunt de beaucoup de poésie ! Des passages absolument magnifiques que j’ai relus tant ils étaient beaux. A découvrir.

L’ordre du jour d’Eric Vuillard

l'ordre du jour
Goncourt 2017. Ce n’est pas un roman, mais un récit qui  parle des quelques jours qui ont précédé l’envahissement de l’Autriche par le Reich. C’est « la petite histoire » qu’on nous raconte, pour la « grande », mieux vaut lire autre chose. Le style est décalé et ironique. C’est bien écrit, c’est court (150 pages en petit format de chez Actes Sud), alors pourquoi pas ?
Pour ma part, ce livre ne figurera pas dans mon « top ten » !

L’homme qui s’envola d’Antoine Bello

l'homme qui s'envola.jpg
Tellement bien que je l’ai lu en 2 jours !
Walker, marié, 3 enfants, chef d’une très grosse entreprise au Nouveau-Mexique, ne supporte plus sa vie et voudrait tourner la page pour choisir son avenir au lieu de le subir. Il organise sa disparition. Mais un détective privé (un « skip tracer » spécialisé dans les disparitions inquiétantes), mandaté par la compagnie d’assurance qui doit verser sa prime d’assurance-vie à sa veuve, s’empare de son affaire.  Et c’est le début d’un jeu de chat et de souris, où la souris s’avère plus intelligente que le chat. Une course-poursuite haletante sur le territoire des Etats-Unis !
Le thème central de ce roman, écrit de manière polyphonique par Walker, Sarah et le détective Nick Sheperd, est la liberté, celle de faire ses propres choix, même si on doit y laisser des plumes !
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

No Comments

Leave a Comment